Nos escapades

Pérou multiple, millénaire et éternel... Lundi 03/09/2018 au Dimanche 23/09/2018


 

 

Le Pérou est la terre des Incas, une étonnante civilisation qui a su dominer son relief accidenté et vivre en harmonie avec les cours d'eau, le soleil, la pluie, la mer, les montagnes et le froid sec de la Cordillère des Andes, en s'adaptant à son environnement et en survivant grâce aux dons généreux de la Pachamama (la Terre Mère) et aux Apus (les esprits de la montagne). Chaque petit village porte les traces de cette société millénaire, que l’on peut découvrir à travers les coutumes de leurs habitants. Arriver au Pérou, c’est voyager dans le temps et redécouvrir la vie passionnante des Incas, des Chancas, des Chachapoyas, des Mochicas, des Huaris, leurs œuvres imposantes, leur art, leurs fêtes, les racines de leur société et l’énergie de leurs peuples. Son origine andine, mêlée à l'espritconquérant espagnol a inévitablement modelé une nouvelle identité, complexe, pleine de contradictions, qui résulte du mélange de philosophies et de valeurs opposées. Visiter le Pérou et découvrir une diversité de mondes avec des paysages, des sons, des couleurs et des saveurs propres ; voyager à travers le temps et des civilisations millénaires, et partager avec les Péruviens leur héritage culturel exceptionnel. Profiter des innombrables destinations et vivre des expériences palpitantes en approchant de près, les racines et les lieux de ces cultures. Caral, la première civilisation d’Amérique du Sud, les cultures préhispaniques, l'Empire inca, la fusion de la culture inca avec le monde hispanique, le Pérou et ses influences occidentales, orientales et africaines, ses déserts, ses montagnes, ses forêts, l'Amazonie et la mer, les paysages exotiques, la faune, la flore et une grande variété de manifestations culturelles. Situé dans l'Ouest de l'Amérique du Sud, entouré par l'Équateur, la Colombie, le Brésil, la Bolivie, le Chili et l'océan Pacifique, le Pérou est le troisième plus grand pays du sous-continent américain, par sa superficie : 1 285 220 km2 et 2 414 km de côtes.

 

 

  Séjour              PE006068 FFRandonnée accompagné par animateur breveté

  Activités           Randonnée et découverte

  Portage            Sac à dos à la journée

  Dates                Lundi 03/09/2018 au dimanche 23/09/2018

  Durée               21 jours / 20 nuits

  Prix                  4 410 € TTC - Pension complète

 

 

J01 – Lundi 03/09/2018 / Hyères - Marseille - Madrid (train + avion)

12h30 – Rassemblement hall gare SNCF Hyères puis direction Vitrolles Aéroport Marseille pour un  décollage à 18h50 et une arrivée à Madrid Barajas à 20h35. (Dîner en l’aéroport, nuitée en avion).

J02 – Mardi 04/09/2018 / Madrid – Lima – Arequipa (avion)

C’est en milieu de matinée que nous arriverons à Arequipa. De son passé colonial, Arequipa conserve un superbe centre historique, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Une remarquable fusion entre les techniques de construction européennes et le savoir faire des Amérindiens. Les églises et les monastères y abondent, avec leurs décors baroques exubérants. Ils ont été bâtis en roche volcanique, ce sillar clair qui a valu à Arequipa le surnom de « ville blanche ». Avec une altitude modérée (2 335 m), c’est une étape idéale pour s’acclimater progressivement à l’Altiplano, de dimensions acceptables, tout ou presque peut se visiter à pied. Arequipa est aussi la ville natale du plus grand écrivain péruvien vivant, Mario Vargas Llosa, dont l’œuvre a été couronnée en 2010 par le Prix Nobel de Littérature. Nous commencerons par « Le Cercado » (centre historique), et continuerons notre journée à découvrir les trésors d’Arequipa. (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Arequipa).

J03 – Mercredi 05/09/2018 / Arequipa - Chivay – Cabanaconde  (minibus)

Sur notre route nous découvrirons les villes de Chivay avec son marché et sa plaza de Armas où nous verrons les femmes habillées de manière traditionnelle, Coporaque, village traditionnel au début de la vallée et plus loin Yanke qui fut, après la conquête espagnole, le premier village construit dans la vallée et enfin Cabanaconde dont le nom vient de Cahuana (« point de vue »). Surplombant le canyon de Colca, à 3 287 m d’altitude, ce village de 3 000 habitants possède une jolie église coloniale (1784) qui a subi de graves dommages lors d’un séisme en 2015. (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Cabanaconde).

J04 – Jeudi 06/09/2018 / Canyon del rio Colca / Cabanaconde – Llahuar (randonnée)

Ciselé par l’érosion au coeur des montagnes, à 180 km au nord-ouest d’Aréquipa, le Colca s’étire sur une centaine de kilomètres, et sa vallée est considérée comme le deuxième canyon le plus profond au monde (3 400 m), après celui de Cotahuasi (3 535 m) et deux fois plus profond que le Grand Canyon du Colorado… Une quinzaine de villages occupent ses flancs et ses entrailles. Des milliers de terrasses agricoles (andenes) s’étagent harmonieusement comme une mosaïque de verdure, jusque dans les sites les plus sauvages et les plus escarpés. Cet aménagement est le résultat du travail inlassable et du génie bâtisseur des indiens colluhuas – une civilisation de 1 000 ans antérieure à celle des Incas ! – qui ont construit un réseau d’astucieuses canalisations destinées à capter l’eau de fonte des neiges éternelles pour irriguer les vergers et les champs de maïs, de quinoa, de blé ou d’orge. Dans le ciel, à certaines heures, on peut admirer le vol majestueux du condor, l’oiseau sacré des Andes. Devant tant de grandeur et de beauté, Mario Vargas Llosa n’a pu que lui donner le nom de « vallée des Merveilles ». (+/- 5 h30 de marche). (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en auberge de campagne à Llahuar).

J05 – Vendredi 07/09/2018 / Canyon del rio Colca / Llahuar - Fure (randonnée)

Au niveau du hameau de Llarapa nous rencontrerons de très belles terrasses agricoles. Plus loin, à 2 480 m d’altitude, nous entrerons dans Llatica avec son « hospedaje » et ses deux boutiques sommaires. Fure ; un véritable bout du monde comme il en reste peu. L’électricité est arrivée en 2010 et la nouvelle école deux ans plus tard (5 niveaux et 15 élèves), c’est ici que se trouve une petite auberge rustique et chaudement sympathique. Après avoir déposé notre couchage, nous poursuivrons en direction de la chute de Huaruro haute de 150 m, serpentant paresseusement dans la puna à 4 200 m d’altitude, ici le rio Huaruro n’a plus que 20 km à parcourir pour rejoindre le rio Colca, qui  coule 2 000 m plus bas que lui ! Il lui a fallu entailler fortement le massif volcanique… Nous reviendrons sur Fure par le même chemin. (+/- 5 h de marche). (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en auberge de campagne à Fure).

J06 – Samedi 08/09/2018 / Canyon del rio Colca / Fure – Tapay (randonnée)

Aujourd’hui, nous traverserons les villages d’Apacheta, puis Malata et Cosniruha et l’Hostal Danilo tenu par un jeune couple sympathique Elmer et Yeni. Le père d’Elmer, Danilo, est connu dans toute la région pour sa médecine par les plantes, et la famille produit un excellent miel. Par ailleurs, Mauricio et Rufina tiennent l’épicerie la mieux fournie de toute cette partie du Canyon. Tapay, est le village le plus important de notre trek ; les agriculteurs y produisent, pommes de terre, blé, orge, maïs et fèves… (+/- 5 h30 de marche,  pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en auberge de campagne à Tapay).

J07 – Dimanche 09/09/2018 / Canyon del rio Colca / Tapay – Cabanaconde (randonnée)

Pour nous rendre à San Juan de Chuccho, nous emprunterons l’itinéraire panoramique. Après avoir parcouru 1,5 km nous rencontrerons le village de Qaqatapay, village précolombien important, en l’état. Puis par un chemin muletier nous atteindrons San Juan de Chuccho (30 hab) et trois pensions au centre du hameau. Un peu excentré en direction du pont, Roy et Domitila ont aménagé une auberge sympathique. Dans leur petit paradis, ils accueillent avec chaleur les visiteurs. Le climat tempéré chaud du fond de vallée favorise une production variée de fruits : figues, mangues, papayes, chirimoyas, lacumas, pêches, pommes, poires, avocats… A 2 320 m nous traverserons le pont suspendu sur le rio Colca, puis nous attaquerons la grosse montée sur Cabanaconde. Un seul chemin pour s’y rendre, à 3 380 m le mirador de San Miguel et la possibilité d’apercevoir des condors. (+/- 5h30 de marche, pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Cabanaconde).

J08 – Lundi 10/09/2018 / Cabanaconde - Andahuaylillas – Cuzco (minibus)

Andahuaylillas, charmant petit village aux ruelles pavées se serre autour d’une plaza aux grands arbres ou se balancent des mousses espagnoles (comme en Louisiane). Ici et là, sur les façades des maisons en adobe, aux toits de tuiles rousses, s’agrippent de jolis balcons de bois, certains peints en bleu. La sérénité est totale. Andahuaylillas est connue pour son église jésuite du début du XVIIe s. San Pedro Apostol, surnommée « la chapelle Sixtine des Amériques » (pique nique chemin faisant, dîner et nuitée à Cuzco).

J09 – Mardi 11/09/2018 / Cuzco (randonnée)

A 3 400 m d’altitude, dans une large vallée cernée de montagnes ocres et brunes, “la Rome des Incas” fait partie de ces endroits mythiques où convergent les voyageurs qui parcourent l’Amérique du Sud. Gratifiée d’un ciel d’un bleu intense durant tout l’hiver (austral), Cuzco, est une étape incontournable : richesse architecturale et archéologique, artisanat vivant, atmosphère relax, bons petits restos, vie nocturne animée… et puis, c’est bien sûr aussi l’un des rendez-vous favoris des routards et des trekkeurs en route vers le Machu Pichu… (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Cusco).

J10 – Mercredi 12/09/2018 / Cuzco – Pisac – Chinchero – Urubamba – Maras Ollantaytambo (minibus + randonnée)

Las Salineras de Maras sont un site étonnant, quelques 3 900 bassins de sel cristallisé d’une blancheur  éclatante, taillés sur le flanc d’une quebrada (vallon encaissé) où s’écoule un rio salé.   Ollantaytambo, située à 97 km de Cuzco, à l’extrémité ouest de la Vallée Sacrée, cette grosse bourgade a été déclarée en 1995 « Capital mundial de la Indinidad » en raison de l’imposante forteresse inca qui surveillait le chemin du Macchu Pichu. Ollantaytambo fut un des villages les plus importants de l’empire inca grâce à sa situation géographique stratégique dans la Vallée Sacrée. Il était non seulement le point de croisement de nombreux chemins du vaste réseau inca, mais également le point de contrôle de la route menant au Machu Picchu. Pizarro fit détruire de nombreuses routes reliant les villages incas. Peut être est-il donc à l’origine de l’isolement du Machu Picchu pendant si longtemps ?  (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Ollantaytambo).

J11 – Jeudi 13/09/2018 / Ollantaytambo - Aguas Calientes – Machu Pichu (train + randonnée)

C’est l’une des sept nouvelles merveilles du monde, et sans conteste le site précolombien le plus spectaculaire d’Amérique du Sud. Le pays a célébré en 2011 le centenaire de la découverte du site et l’UNESCO l’a inscrit au patrimoine mondial de l’humanité en 1983. Un départ matinal d’Ollantaytambo 05 :05 avec le train Expedition 71 de Perurail et une arrivée à Aguas Calientes à 06 :35  suivie d’un trajet de 20 mn en bus pour accéder au Machu Pichu et au Wayna Pichu. En fin de journée, retour à Ollantaytambo en train. (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Ollantaytambo).

J12 – Vendredi 14/09/2018 / Ollantaytambo – Cuzco (randonnée + minibus)

La Puerta del Sol (Itipunku), c’est par les « las canteras », les carrières où les Incas ont extrait les pierres pour construire la forteresse d’Ollantaytambo. Cette « porte du soleil » était un point stratégique d’observation astronomique et un poste de contrôle pour les routes allant vers le Machu Pichu et la jungle amazonienne. (+/- 4 h de marche, pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Cuzco).

J13 – Samedi 15/09/2018 / Cuzco – Puno (minibus)

Puno, située en amphithéâtre sur la rive ouest du lac Titica, à 3 830 m d’altitude, au pied d’un cirque de montagnes pelées, Puno est grosse ville dynamique sans beaucoup de charme. C’est toutefois le passage obligé pour visiter les îles flottantes. L’animation bat son plein autour de la Plaza de Armas et sur le jiron Lima voisine, artère piétonne très vivante le soir. C’est là que se regroupent la plupart des boutiques, restos touristiques et bars. Puno est aussi le port d’embarquement pour l’île de Taquile et la dernière étape  avant la Bolivie voisine. Tout autour, l’altiplano, aride et pauvre, s’étend à perte de vue. Les nuits y sont fraîches, parfois glaciales, avec un ciel fantastiquement étoilé durant l’hiver. (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Puno).

J14 – Dimanche 16/09/2018 / Puno – Lac Titicaca – Llachon (minibus randonnée)

En langue Aymara, titikaka signifie « rocher du puma », en référence à un rocher de l’île du Soleil. Situé à 3 810 m d’altitude, le Titicaca est le plus haut lac navigable du monde. Il mesure 200 km de long, pour environ 8 400 m2, partagés à 55% par le Pérou et 45% par la Bolivie et une profondeur maximale de 275 m. La température moyenne de l’eau est de 9° C. D’un point de vue géologique, le Titicaca, situé au centre de l’Altiplano, est le vestige d’une immense lagune portée en altitude par l’émergence des Andes. L’altitude précise du lac varie (3 809 m à 3 812 m) en fonction des conditions climatiques. La péninsule de Capa Chica vient enfoncer sa langue de terre dans les eaux du lac Titicaca. Au-delà de Capa Chica, le paysage devient saisissant de beauté, et le lieu a su préserver une belle authenticité ; on admirera les monteras  (chapeaux traditionnels des femmes). Llachon, petit village hors du temps avec une plage superbe et préservée, dans un environnement magnifique. Ici on est à quelques encablures des îles d’Amantani et de Taquile. Notre journée s’articulera autour de deux randonnées : Llachon – Cerro Carus et Llachon – Chullpas de Q’eskapa. (+/- 5 h de marche, pique nique chemin faisant dîner et nuitée chez l’habitant).

J15 – Lundi 17/09/2018 / Lac Titicaca – Llachon – Isla de Taquile (bateau + randonnée)

L’île de Taquile, qui évoque un peu une baleine vue de côté, fait environ 7 km dans sa plus grande longueur et abrite 3 000 habitants. Ses paysages secs ont quelque chose de la dureté méditerranéenne avec leurs murets et leurs sentiers. Taquile séduit autant par ses paysages que par les superbes vêtements traditionnels portés par tous ses habitants. L’île est connue pour ses tissages élaborés et sophistiqués. Ici, le vêtement en dit long sur le statut matrimonial. Un bonnet rouge pas touche à l’homme marié, mais s’il est blanc, courez-y, c’est un célibataire. Les maires ont droit à un chapeau de feutre sur leur bonnet. La femme mariée est aussi en noir. Hommes et femmes vivent 2 ou 3 ans ensemble avant le mariage, afin d’être sûrs de s’entendre. Après les noces, plus le droit à l’erreur ; le divorce est interdit ! Sacré symbole, cette ceinture noire portée par les hommes, tissée à partir des cheveux de leur épouse… et l’absence de route est un vrai bonheur pour les randonneurs ! Aujourd’hui encore deux randonnées de Chilcano au Pueblo (1 h de marche) et le Cerro Mulsina (1h30 de marche). (+/- 3 h de marche, pique nique chemin faisant dîner et nuitée chez l’habitant).

J16 – Mardi 18/09/2018 / Lac Titicaca – Îles flottantes d’Uros Titino - Puno (bateau + minibus)

Plus anciens habitants de la région du Titicaca, les indiens Uros ont fui de tout temps leurs voisins plus puissants, Aymaras, Incas et Espagnols. Pour vivre libres, ils se sont cachés dans la roselière, où ils parlaient leur propre l’uru. La dernière Uros étant décédée en 1959, l’actuel peuple qui vit sur l’eau résulte de métis. Tous utilisent la langue Aymara en plus de l’espagnol. Les 2 000 Uros vivent sur 80 îles flottantes, situées à 5 km de la ville de Puno et alignées de part et d’autre d’un chenal… quelques famille ont choisi de vivre sur la bordure sud de la roselière à proximité de la péninsule de Capachica (îles Titino). Plus isolées, les îles Uros Titino restent plus traditionnelles et moins touristiques, encore oubliées du tourisme de masse.  Nos randonnées du jour ; la boucle sud de l’île Taquile et du Pueblo à Chilcano  nous prendrons la direction de l’île flottante de Titino avant de retrouver la terre ferme et Puno. (+/- 3 h de marche, pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Puno).

J17 – Mercredi 19/09/2018 / Puno – Arequipa – Lima – Pisco – Paracas (minibus + avion + minibus)

Un long transfert aujourd’hui en minibus, puis l’avion jusqu’à Lima et reprise d’un minibus pour revenir sur Paracas. Paracas est aussi la porte d’entrée de la réserve nationale éponyme (réserve désertique de 335 000 ha, terre et mer), et un haut lieu de kitesurf. (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Paracas).

J18 – Jeudi 20/09/2018 / Paracas – Ica - Nazca (bateau + minibus)

A proximité de Paracas, les Îles Ballestas sont un site naturel étonnant de beauté, paradis gourmand des lions de mer, des manchots, des pélicans et albatros. Ica est la ville natale de l’auteur de l’hymne national et du premier président civil, Domingo Elias, en 1854. La laguna de Huacachina, est une véritable petite oasis en bordure   de la ville, au milieu de dunes géantes… Ica est aussi la capitale viticole du Pérou avec sa célèbre Ruta del Pisco… et la nécropole de Chauchilla. (Pique nique chemin faisant, dîner et nuitée en hôtel à Nazca).

J19 – Vendredi 21/09/2018 / Nazca - Laguna de Huacachina – Ica  (randonnée + minibus)

C’est dans ce territoire de pampa aride, l’une des zones les plus sèches au monde, que le savant américain Paul Kosok découvrit en 1939, à partir d’un petit avion, d’étranges figures, que personne n’avait encore étudiées. Ces motifs gigantesques, tracés à même le désert, probablement entre le 1er millénaire av. J-C et l’an 900 de notre ère par la civilisation « nazca », représentent tantôt des dessins géométriques, tantôt des figures animales, anthropoïdes ou végétales, tantôt enfin de simples lignes, longues parfois de plusieurs kilomètres, partant et se croisant dans tous les sens… Elles font partie du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994 et, pour n’en rien manquer, rien de mieux que de les découvrir en faisant un survol au-dessus du désert. Dans l’après-midi direction Ica et la laguna de Huacachina en fin de journée. La laguna de Huacachina, véritable petite oasis en bordure  de la ville, au milieu de dunes géantes… Ica est aussi la capitale viticole du Pérou avec sa célèbre Ruta del Pisco.

J20 – Samedi 22/09/2018 / Laguna de Huacachina – Lima- Madrid (minibus + avion)

Ville étendue, tentaculaire, Lima et son immense banlieue constituent une mégapole où se concentre près d’un tiers de la population péruvienne. Grande ville chaotique typique d’un pays émergent, la capitale déborde d’une animation frénétique, de larges avenues souvent embouteillées où résonnent les concerts de klaxons  dans un air chargé de CO2. En outre, « l’hiver », de juin à fin septembre, elle vit le plus souvent enveloppée d’une bruine extrêmement fine qui vient de la mer et embrume le ciel : la garua. Lima prend alors l’aspect d’une ville maussade, dont Herman Melville (l’auteur de Moby Dick) disait que « c’était la ville la plus triste de la terre ». En fin de journée, nous quitterons le Pérou… (pique nique chemina faisant, dîner et nuitée à bord de notre avion)

J21 – Dimanche 23 septembre 2018 / Madrid – Marseille – Hyères (avion + train)

Retour au pays avec une arrivée à Hyères prévue en fin de journée. (pique nique chemin faisant).

 

Les points forts de votre escapade

 

La convivialité d’un petit groupe ;

Vos déplacements et transferts en minibus dédié et en vols aériens ;

L’accueil et la gentillesse des populations locales ;

La possibilité de fractionner le paiement de votre séjour ;

Un programme offrant une palette extrêmement contrastée de randonnées et visites des lieux mythiques du Pérou : Îles Ballestas, désert côtier et lignes de Nasca, cordillère volcanique autour d’Arequipa, lac Titicaca et ses îles, Cusco et les sites Incas du Machu Pichu ;

Des randonnées à la portée de tous, (sac à dos à la journée), que l'on peut différer.

 

 

Votre budget

 

 

Prix : 4 410 € avec possibilité de fractionnement (voir bulletin d’inscription). Offre réservée en priorité aux adhérents de l’association Camina2. Pourront s’inscrire les adhérents d’autres clubs, dans la limite des places disponibles et contre paiement d’une adhésion de 30 €.

Le prix comprend :

Les vols aller et retour France – Pérou ;

L’ensemble des vols intérieurs péruviens nécessaires à la réalisation du séjour ;

Les déplacements au jour le jour en minibus dédié Camina ;

L’ensemble des transports publics ou privés autres (train, bateau, bus…) ;

La restauration et l’hébergement en pension-hôtel ou hôtel **/*** à compter du dîner du lundi 03 septembre 2018 jusqu’au déjeuner du mardi 23 septembre 2018 ;

L’entrée sur le site du Machu Pichu ;

Les visites programmées et reprises dans le descriptif.

Le prix ne comprend pas :

Tout ce que ne figure pas à la rubrique « Le prix comprend » ;

Le déjeuner du lundi 03 septembre 2018 ;

Les boissons et dépenses personnelles ;

Les pourboires (voir rubrique « pourboires » de la fiche technique) ;

Les assurances annulation et interruption du séjour et perte de bagages (bulletins de souscription à demander à Camina2) ;

La cotisation Camina2 (30 €) pour les adhérents(es) d’autres clubs.

 

 

Votre échéancier

Prix du séjour 4 410 € TTC

A régler lors de l’inscription

OU

Acompte à régler lors de l’inscription  1 800 €

Acompte à régler pour le 15/04/2018     500 €

Acompte à régler pour le 15/05/2018     500 €

Acompte à régler pour le 15/06/2018     500 €

Acompte à régler pour le 15/07/2018     500 €

Solde à régler pour le 15/08/2018          610 €

 

 

Places offertes : 5 minimum 9 maximum

Offre réservée en priorité aux adhérents de Camina 2 ;

Dans la limite des places disponibles, pourront postuler les adhérents d’autres clubs titulaires de la licence IRA FFRandonnée et sous réserve du règlement d’une cotisation de 30 euros ;

La présente escapade pourra être annulée si un nombre minimum de 5 participants n’est pas inscrit à la date du 30/07/2018.

Décalage horaire

L'heure péruvienne est, selon la saison, de 6 ou 7h de moins par rapport à la nôtre. Lorsqu'il est 12h en France, il est 5h au Pérou d'avril à octobre et 6h le reste de l'année.

Formalités

En entrant au Pérou, vous recevrez une « carte d’immigration » qu’il faut rendre à la sortie. Si vous la perdez, vous devrez passer à la « Migración » et la faire refaire, avec une pénalité d’une quinzaine de soles. Faites photocopies de ce papier et de tous vos documents et enregistrez-les dans un dossier de votre ordinateur afin que vous puissiez les retrouver facilement au où… Pour la location d’une voiture, se munir d’un permis de conduire international. Avant votre départ consultez le site : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/

Représentations diplomatiques

Ambassade de France Lima (av. Arequipa 3415, San Isidro – Lima / Tél 00 51 76 215 84 00 / www.ambafrance-pe.org – Lun-ven 8h30 – 12h30). En cas de vol du passeport, se présenter avec le process-verbal établi par la police touristique. En général, on récupère un nouveau passeport 10 jours à 3 semaines plus tard. Si le retour doit avoir lieu avant, il est possible de se faire délivrer un passeport d’urgence ou un laisser-passer. Infos sur le site Internet.

Consulat de France Arequipa (Calle Santa Catalina 208, Arequipa, Tél : 00 51 974 60 514)

Consulat de France Cusco (Calle Nueva Baja 560, Cusco, Tél : 00 51 84 249 737)

Téléphone

Pérou – France : 00 + 33 + numéro du correspondant à neuf chiffres (sans le 0 initial) (ex : pour votre animateur 07 86 10 55 45 composer le 00 33 7 86 10 55 45) ;

France – Pérou : 00 + 51 + indicatif de la ville (sans le 0) + numéro du correspondant. Si c’est un portable, le numéro commencera forcément par 9 ;

Pérou – Pérou : indicatif de la région + numéro si on appelle dans une autre région. Sinon, ne pas composer l’indicatif.

Téléphone portable

On peut utiliser son téléphone portable partout au Pérou avec l’option « Monde ». Pour Internet mobile : utiliser le wifi et non les réseaux 3G ou 4G. Ou alors procurez-vous avant le départ une clé 3G, la solution la plus pratique si on voyage avec son ordinateur. Sinon on peut faire exploser les compteurs, avec au retour de voyage des factures de plusieurs centaines d’euros ! Avec votre téléphone, le plus sage consiste à désactiver la connexion « données à l’étranger » (dans « Réseau cellulaire »). Il faut également supprimer la mise à jour automatique de votre messagerie qui consomme elle aussi des octets sans vous avertir (option « Push mail). Optez pour le mode manuel.

Bons plans pour utiliser son téléphone à l’étranger

- Acheter une carte SIM/puce sur place : c’est une option très pratique pour pouvoir passer des coups de fil dans le pays. Il suffit d’acheter pour quelques soles, une carte SIM chez l’un des opérateur (Entel, Claro, Movistar, Bitel…), représentés dans les nombreuses boutiques de téléphonie mobile. On vous attribue alors un numéro de téléphone local, qu’il suffit d’alimenter en crédit.

- Louer un portable local, par exemple avec Peru Rent-a-Cell, à l’aéroport de Lima.

- Se brancher sur les réseaux wifi est le meilleur moyen de se connecter au Web gratuitement ou à moindre coût. De plus en plus d’hôtels, restos et bars disposent d’un réseau, payant ou non.

- Une fois connecté grâce au wifi, à vous les joies de la téléphonie par Internet ! Le logiciel Skype, le plus répandu, vous permet d’appeler vos correspondants gratuitement s’ils sont eux aussi connectés, ou à coût très réduit si vous voulez les joindre sur leur téléphone. Autre application qui connaît un succès grandissant, Viber permet d’appeler et d’envoyer des SMS, des photos et des vidéos aux quatre coins de la planète, sans frais. Il suffit de télécharger gratuitement, l’application sur son smartphone, celle-ci se synchronise avec votre liste de contacts et détecte automatiquement ceux qui ont « Viber ». Même principe, Whatsapp Messenger est une messagerie pour smartphone qui permet de recevoir ou d’envoyer des messages photos, notes vocales et vidéos.

Internet

On trouve encore pas mal de cybercafés même si, avec le wifi désormais omniprésent, leur nombre diminue. Compter en général à peine 2 S/h. Sinon, tous les hôtels, auberges et de nombreux restos ou bars ont un réseau wifi, accessible gratuitement pour les clients. Certains hôtels et hostels disposent aussi, souvent, d’un ordinateur connecté.

Pourboires

Se dit propina en espagnol et fait partie de la vie de tous les jours au Pérou. Dans les cafés, bars et restos populaires, le service est inclus. On peut néanmoins laisser une petite pièce si l’on a été bien accueilli. Dans les restaurants à prix moyens et, surtout, plus chic, il est d’usage de laisser un pourboire, de l’ordre de 5 à 10%. Enfin les guides s’attendent généralement aussi à recevoir una propina à la fin d’une visite (entre 10 et 30 S).

Argent, banques, change

La monnaie nationale est le nuevo sol (abrégé S). En 2017 1 S valait environ 0,30 €. L’euro en espèces peut être changé  facilement (et sans commission) dans les banques et les bureaux de change (casas de cambio). Les distributeurs de billets acceptant les cartes Visas et MasterCard sont présents presque partout, y compris dans les petites villes. Attention : à la différence de nos distributeurs en Europe, les billets sortent AVANT la carte de paiement. N’oubliez donc pas celle-ci dans la machine après avoir empoché les billets.

Dangers et enquiquinements

La sécurité générale au Pérou s’est plutôt améliorée. La police est très présente dans les zones touristiques, et la loi tend à punir plus sévèrement une attaque contre un touriste que contre un péruvien. Reste que les vols et les vols ne sont pas rares à Lima et dans des villes comme Arequipa ou de la côte nord (Chiclayo notamment). Quelques précautions sont à observer plus particulièrement :

- Pas de richesse ostensible, pas de grosses montres, colliers et bracelets rutilants, toujours être discret quand on sort de l’argent et quand on en retire dans une banque ou dans un distributeur ;

- Ne pas mettre tout son argent au même endroit ; le répartir en divers lieux et caches.

- Ne jamais laisser ses affaires seules dans un restaurant (sac accroché au dossier d’une chaise, dans un endroit où il y a du passage), un train, un bus (au terminal et lors des arrêts), dans l’avion sur les vols domestiques.

- Le coup de la crème à raser, du dentifrice ou tout autre produit gluant ou malodorant (style moutarde) ; la technique du voleur consiste à jeter sur le sac à dos, le sac à main ou l’épaule de la victime de la crème à raser ou de la moutarde pour l’amener à se débarrasser de celui-ci pour le nettoyer et mieux le saisir au vol lorsqu’il aura été déposé. Si cela vous arrive, restez calme, malgré votre dos ou votre sac barbouillé, et ne réagissez pas comme les voleurs le prévoient. Leur tactique consiste en effet à provoquer chez la victime choisie, le moment d’inattention fatal.

- Globalement, évitez de vous promener à pied la nuit dans les rues désertes ou quartiers peu touristiques des grandes villes.

- Si vous êtes attaqué, ne résistez pas, car les agresseurs n’hésitent pas à se servir de leur arme.

- N’acceptez jamais ni nourriture ni boissons proposées par des inconnus. Parfois elles sont bourrées de somnifères puissants qui vous assomment pour de longues heures, le temps de vous faire dépouiller et de vous retrouver nu sur le bas-côté ! Cela arrive aussi parfois dans les boîtes pour étrangers.

- La police locale cherche parfois à faire baisser les statistiques de vol dans sa ville et essaie d’intimider les touristes (surtout les femmes) qui se présentent pour porter plainte. Si possible, évitez de vous rendre (seule) à la police.

- Il arrive (rarement) que des agressions aient lieu dans les taxis, soit par des individus qui sautent à bord, soit avec la complicité du chauffeur, qui se gare dans une ruelle sombre, où attendent plusieurs complices. Ces attaquent ne visent pas que les touristes, les Péruviens y ont aussi droit. Pour ne prendre aucun risque, on peut appeler une compagnie fiable, plutôt que de héler un taxi dans la rue.

Assurances – Annulation Voyage, Interruption de séjour,Bagages, Assistance rapatriement

 Conformément à la législation, l’association Camina2 est assurée en responsabilité civile (Extension Immatriculation Tourisme FFRandonnée IM075100382). Cependant nous ne saurions nous substituer à la responsabilité individuelle dont chaque participant doit être titulaire (licence FFRandonnée en cours de validité). Les assurances « Annulation et interruption du voyage » et « Bagages » émises par FFRandonnée ne sont pas incluses dans le prix du séjour, il vous appartient de compléter le bulletin de souscription aux options d’assurances Mondial Assistance « Option 1 et Option 2 » et le joindre au bulletin Camina2 lors de votre inscription. En cas d’annulation du séjour pour convenance personnelle, les frais engagés à la date d’annulation (billets d’avion, de train, de bus, arrhes versées, etc…) ne pourront être remboursés. Pour toute annulation intervenant après le 15/08/2018, aucun remboursement ne sera effectué par Camina2. L’assurance « Assistance Rapatriement – Voyage touristique – Option 3 » est garantie à tous les licenciés IRA, IMPN, FRA, FMPN. Par ailleurs, quel que soit, le motif d’annulation, une retenue forfaitaire de 50 € sera appliquée pour frais de dossier.

Santé : aucun vaccin n’est obligatoire ; nous vous conseillons d’être à jour pour toutes vos vaccinations classiques (diphtérie, tétanos, typhoïde, poliomyélite).

Avant votre départ n’oubliez pas de faire une vérification auprès de votre dentiste et pensez à vous procurer la « Carte européenne d’assurance maladie ». Cette carte atteste de vos droits à l’assurance maladie et vous permettra, lors d’un séjour temporaire en Europe, de bénéficier de la prise en charge des soins médicalement nécessaires, quel que soit le motif de votre déplacement (week-end, vacances, études, stages, détachement professionnel) et sous réserve de respecter les formalités en vigueur dans le pays de séjour. La carte européenne d’assurance maladie est une carte individuelle et nominative. Chaque personne d’une même famille soit avoir sa propre carte, y compris les enfants de moins de 16 ans. Elle est valable un an et elle est gratuite. Elle n’est pas délivrée de façon automatique ; pour l’obtenir, adressez-vous à votre caisse d’Assurance Maladie au moins deux semaines avant votre départ.

 

Particularités et confort dans les îles

 

Nuit chez l’habitant :

Les populations indiennes du Pérou vivent encore aujourd’hui de façon traditionnelle et sont très accueillantes. Cette pratique, bien rodée aujourd’hui, en place depuis de nombreuses années permet de riches échanges et un réel contact avec les populations. Les adresses retenues sont recommandées par le Guide du Routard « Pérou Bolivie 2017/2018 ».

Chez l’habitant veut dire :

-  Dormir dans des chambres de 4 personnes maximum ;

-  Les chambres sont simples mais propres ;

-  Chacun aura un matelas et un oreiller ;

-  Il y a deux WC et deux lavabos (dans certaines maisons du lac Titicaca il n’y aura qu’une salle de bain commune et pas toujours située juste à côté de la maison ;

-  Il n’y a pas de douche, mais chaque matin vous recevrez une petite cuvette ou bassine d’eau chaude pour la toilette ;

-   Pour les nuits chez l’habitant du lac Titicaca, l’eau sera dans un thermos à demander aux familles, tout comme la bassine d’eau chaude. A vous d’y ajouter un peu d’eau froide, à demander aux familles ;

-  A Taquile, l’eau n’est pas courante et les familles doivent quelquefois porter l’eau sur une certaine distance pour vous donner un peu de confort. Ainsi, il n’y aura pas d’eau « coulant » dans les lavabos ni dans les toilettes, mais plutôt une cuvette remplie d’eau ;

-  Il n’y a pas d’électricité dans l’hébergement de Taquile ;

-  Pas de chauffage et les portes ne ferment pas à clé ;

-  Passer une nuit chez l’habitant implique de la part de chacun de nous d’accepter et respecter les spécificités du mode de vie et de la culture de nos hôtes. Il se peut que le fossé culturel crée une certaine gêne de leur côté. Il pourrait arriver, par exemple, que la famille ne prenne pas les repas à notre table. Le contact n’est pas toujours évident, il nous appartient donc de s’adapter aux comportements de notre famille d’accueil, afin de préserver l’authenticité de la rencontre. Il nous faudra accepter le confort spartiate qui est intrinsèque au mode de vie des habitants ;

- A Taquile, le logement des touristes est géré de manière collective, sur un système rotatif ; chacun son tour et tout le monde au même prix, quelles que soient les conditions de confort. Quand on arrive sur l’île, on vous indique chez qui vous allez loger. Attention, les nuits peuvent être très froides. Les frileux qui ne se contenteraient pas des 4 ou 5 couvertures généralement fournies prévoiront un duvet. Un sac à viande (sac de couchage) est également le bienvenu, et n’oubliez pas votre lampe torche. Cette formule permet de dépasser la première impression souvent négative en raison du très grand nombre de touristes, excursionnistes d’un jour. Prenez suffisamment de liquidités, pas de distributeur. A Taquile, quelques habitations (style gîte de groupe) ont été construites à l’entrée du village. C’est moins typique que chez l’habitant mais plus confortable…

Sollicitations

-  Ne pas céder aux demandes de bonbons ou de propina des enfants. S’ils rapportent à la maison plus d’argent que leurs parents qui travaillent, l’équilibre social et les traditions en pâtissent.

Photos

-  Sur l’île de Taquile, tarif syndical de 1 S par photo à payer à l’intéressé.

Où manger ?

Une vingtaine de restos essaiment l’île. Ouverts alternativement pour ne pas faire de jaloux, ils proposent un menu unique à base de soupe, truite (trucha) ou perche (pejerrey) , grillées ou à la mode de l’île, panqueques  à la banane et mate de coca.

 

Vos bagages

 

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple.

Le sac à dos :

Sac à dos de randonnée d’une capacité de 35 litres environ ; il sera nécessaire pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée. Il vous servira également en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), ou de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments. Pour vos randonnées à la journée, il contiendra : votre pique nique, vos encas, de l’eau, votre cape de pluie, un vêtement chaud, votre lampe torche, etc… Par ailleurs, il sera en cabine avec vous, lors des transports aériens. Généralement, le poids de bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

Le grand sac de voyage souple :

Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous le retrouverez chaque soir. Il sera transporté par votre minibus. Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute est indiqué sur le billet d’avion (généralement 1 bagage 23 kg).

Recommandations

Enregistrez en bagage de soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main (le sac à dos) que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.

Equipez-vous pour l’avion en tenue de randonnée, et de vos affaires de première nécessité (en cas de problème d’acheminement de vos bagages).

Ayez présent à l’esprit que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports ; mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Sont interdits en cabine :

Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuse : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20cm x 20cm (type sache de congélation) et s’ils sont conditionnés dans des flacons ou tube de 100 ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons…

Exceptions autorisées en cabine :

-  Les médicaments liquides (insuline, sirops…) que vous pouvez emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).

-  Les aliments liquides pour bébés ; il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment ; il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Le passage du contrôle de sûreté :

-  Retirez votre veste ou votre manteau ;

Présentez à part (dans les corbeilles mises à disposition) :

-  Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable et ses périphériques (DD externe, souris, chargeur, gros appareil photo numérique, lecteur DVD, téléphone portable…

-  Vos chaussures et votre ceinture avec fermetures métallisées,

-  Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes ;

-  Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation ;

-  Vos aliments liquides pour bébé ;

-  Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposent pas ce sac ; renseignez-vous avant de faire vos achats !  Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.

Règlementation pour le Machu Pichu

Afin de garantir un service sûr et ponctuel, la compagnie nationale du train Perurail demande aux voyageurs qui se rendent au Machu Pichu de prendre uniquement un petit sac à dos (30 litres et 5 kg maximum. Vos bagages et affaires personnelles resteront donc dans le minibus où à l’hôtel. Les autorités du Machu Pichu n’autorisent pas les visiteurs à rentrer sur le site avec des sacs à dos d’une capacité supérieure à 30 litres.

Vêtements

1 chapeau de soleil ou casquette

T-shirts. Evitez le coton, très long à sécher ; préférez les T-shirts manches courtes (matière respirante)

1 doudoune et une polaire chaudes

1 pantalon de marche

1 pantalon confortable pour le soir

1 veste imperméable et coupe-vent type Gore-tex, simple et légère

1 bonnet chaud

Des gants chauds

1 maillot de bain pour les sources naturelles d’eau chaude

1 serviette de bain

Des sous-vêtements

1 paire de chaussures de randonnée montantes, tenant bien la cheville (semelle type Vibram)

Tennis pour les visites dans les villes

Equipement

1 paire de lunettes de soleil d’excellente qualité

1 gourde isotherme ou 1 poche à eau (1 litre minimum)

1 lampe frontale

Crème solaire de haute protection

Des boules pour atténuer les bruits, type Quiès (facultatif)

Répulsif puissant anti-moustiques.

Bâtons de marche (facultatif)

Les bâtons de marche sont interdits au Machu Pichu, sauf si vous en avez besoin par recommandation médicale. Ils peuvent être autorisés à l’entrée du parc seulement si les pointes métalliques sont protégées par un morceau de gomme ou de caoutchouc.

Les bouteilles d’eau jetables en plastique ne sont pas autorisées au Machu Pichu ; prévoir une gourde ou une poche à eau

Couchage

Des couvertures sont fournies pour les nuits chez l’habitant, des draps sont aussi prévus. Il n’est donc pas nécessaire d’emmener un sac de couchage ni un drap sac.

 

Pour profiter pleinement de votre séjour

 

Préparation physique

N’oubliez pas d’entretenir votre forme en marchant au moins une fois par semaine (12 à 15 Km)

Vos médicaments – Pharmacie personnelle

Vos médicaments habituels

Médicaments contre la douleur (paracétamol de préférence)

Anti-diarrhéique (type Lopémaride ou Tiorfan…)

Traitement antibiotique à large spectre : prévoir 8 jours de traitement (sur prescription médicale)

Collyre (poussière, ophtalmie) et crème antibiotique pour les yeux

Pastilles purifiantes pour l’eau (type Micropur forte ou Aquatabs)

Bande adhésive élastique (type Elastoplast, en 6 cm de large)

Jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes

Pommade anti-inflammatoire

Traitement pour rhume et maux de gorge (pastilles)

Répulsif anti-moustiques

Crème solaire et Biafine

Double peau (protection contre les ampoules)

Traitement anti-paludique adapté à la zone visitée, selon prescription médicale

Votre pharmacie personnelle (médicaments et ordonnances) conditionnée dans un sac plastique sera contenue dans votre sac à dos et vous suivra en permanence.

Trousse de secours

Votre animateur sera en possession d’une trousse de secours collective.

Formalités de santé

Etre à jour avec ses vaccins.

Passeport

Obligatoire pour les ressortissants français, valide pour la durée du séjour. Le passeport doit comporter sur la couverture le symbole « puce électronique ». Pas de visa nécessaire pour un séjour inférieur à 3 mois.

A l’entrée au Pérou, les voyageurs remplissent la fiche d’information de la Tarjeta Andina de Migracion. Désormais, ce document ne leur est plus rendu tamponné ; il est conservé et numérisé par les services de l’immigration. Au moment de quitter le territoire péruvien, il suffit au voyageur de présenter son passeport visé à l’arrivée.

 

Pour s’inscrire

 

1) - Je prends connaissance de la notice d’information concernant les assurances individuelles facultatives proposées par MDS Conseil (annulation – interruption de séjour / bagages / assistance rapatriement (http//benb.fr/wiki/Notice_contrat_annulation)   . 

2) - Je m’inscris à l'aide du pavé "Inscription ci-dessous ou sur le site www.camina83.fr  / rubrique « Nos escapades »

3) -  Après l’enregistrement de mon inscription par Camina2, je recevrai le bulletin d’inscription à la présente escapade et le bulletin de souscription aux options « Annulation voyage », « Interruption de séjour », « Bagages » Mondial Assistance, que je complèterai et retournerai à Camina2, accompagnés du ou des règlements correspondants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

INSCRIPTION






Mois précédent Juin 2018 Mois suivant
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  


Camina